Creative Commons License This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.

Saturday, 20 July 2013

Bulletin d'information du 20 juillet en Grèce #39




A la une de #rbnews international cette semaine: 
  • Les détentions de femmes transexuelles se poursuivent à Thessalonique 
  • Avec une grève et des mobilisations ont répondu les travailleurs au vote d'un nouveau paquet de mesures d'austérité, mardi; jeudi, le Ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble a rendu une visite officielle à Athènes. 
  • La diffusion du programme de grève de ERT se poursuit, mais la chaîne transitoire du gouvernement transmet aussi
  • Les conséquences de l'austérité à la démographie sont dramatiques, selon une recherche de l'Ecole Nationale de la Santé Publique 
  • De nouvelles provocations de l'Aube Dorée ont eu lieu dans le Parlement la semaine passée
1. Les attaques contre les femmes transexuelles se poursuivent à Salonique

L'Association de soutien aux transexuelles grecques a denoncé certains cas de détentions brutales et arbitraires de femmes transexuelles à Thessalonique, produites au cours de la nuit du 17 juillet; un cas pareil a aussi été signalé le 19 juillet. Ces évenements font partie d'une longue série de détentions similaires depuis la fin de mai 2013; selon les sources, plusieurs femmes on été détenues plusieurs fois, pour aucune autre raison que leur orientation sexuelle, tandis que d'autres ont été demandées si elles étaient membres de l'Association des transexuelles. En plus, le 4 juin, l'avocate de l'association, Electra Koutra, a aussi été détenue elle-même, après s'être rendue au Commissariat et avoir demandé de rencontrer ses clients. Mme Koutra et l'Association ont toutes les deux déposé une plainte contre la police pour ces incidents.

Le Ministre de l'Ordre Public, Nikos Dendias, a attiré les foudres contre l'Association européenne des transexuelles, quand il a essayé de justifier les détentions arbitraires avec l'argument que la police a eu l'intention "d'améliorer l'image de la ville" et "d'adresser entre autres les problèmes de prostitution et d'exploitation de la vie sexuelle de personnes vulnérables au niveau économique et social, de renforcer le sentiment de sécurité des citoyens et d'améliorer l'image de régions abandonnées".

Εntre temps, la re-introcution de la provision pour la santé publique 39A, qui permet de faire un test SIDA forcé aux personnes considérées à risque, continue de recevoir une critique forte de la part des communautés de santé publique internationale et de droits de l'homme. Quand elle a été introduite en mai 2012, cette provision avait permis une opération de balayage massive contre des usagers de drogue à Athènes, dont les donnés personnels et statut SIDA avaient été publiés par les médias. Elle avait été révoquée en avril 2013, mais a été reintroduite par le Ministre de la Santé publique, Adonis Georgiadis, au moment où il a assumé sa fonction, deux semaines après le remaniement ministériel.

Adonis Georgiadis a provoqué encore des réactions, vendredi 19 juillet, quand il a essayé de visiter l'hôpital Attikon, accompagné par deux pelotons de police anti-émeute. Le personnel de l'hôpital ont été parmi les premiers et les plus dynamiques à réagir, quand il a annoncé la fermeture d'hôpitaux dans le but de faire des économies, et ils ont réalisé un rassemblement protestataire en réaction à sa visite. Le Ministre prétend avoir été chahuté et même aggressé, tandis que le personnel denonce avoir été attaqué par les policiers accompagnant Georgiadis, devant les yeux des patients. Les vidéos disponibles ne demontrent aucune des deux versions.

2. Nouvelles mésures d'austérité, manifestations et la visite de W. Schaüble

Le Parlement grec a voté mercredi soir un nouveau paquet de mesures d'austérité, qui permet, entre autres, le licenciement et/ou inclusion de l'ainsi-dit schéma de mobilité pour plusieurs miliers de fonctionnaires. Dans le cadre de la mobilité, les fonctionnaires seront suspendus avec un salaire inférieur, et seraient réintégrés à la fonction publique, seulement si un nouveau poste était identifié pour eux. Les catégories qui sont le plus frappées par cette provision, c'est à dire les professeurs, les consièrges scolaires, les policiers municipaux et employés municipaux en général, ont commencé une grève depuis la semaine dernière et organisé plusieurs manifestations mardi et mercredi, contre ces mesures. Une provision controvertielle, permettant la responsabilité pénale des maires, si leurs communes excèdent le plan budgétaire, a été enlevée à la dernière minute. Le projet est passé avec une majorité faible de 153 voix sur 300.

En plus, le centre d'Athènes a été bloqué jeudi 18 juillet, à cause de la visite officielle en Grèce du Ministre des Finances allemand, Wolfgang Schaüble. Plusieurs arrêts du metro ont été fermés, et tout sorte de rassemblement public a été interdit par la police dans une grande partie du centre d'Athènes, à la base d'une loi datée de l 'époque du régime des colonels. C'est la deuxième fois pendant la dernière année que de telles mesures draconnienes sont implementées, toutes les deux fois à cause de visites de politiciens allemands. La première fois a été à l'occasion de la visite de la chancelière allemande, Angela Merkel en octobre 2012. Une manifestation a été organisée à Athènes contre ce qui essentielement s'est élevé à couvre-feu, mardi après midi, à la fin de laquelle, une délégation de manifestants a déposé une lettre à la Représentation de la Commission européenne à Athènes.

Source: flux de nouvelles #rbnews

3. La fermeture de ERT continue

La radio et télévision publique grecque, ERT, continue à transmette son programme, 40 jours après sa fermeture officielle par le gouvernement, le 11 juin. Le programme est diffusé en ligne, par satellite avec l'assistanse de la European Broadcasting Union, et en fréquences analogiques dans la mesure du possible. Le syndicat des travailleurs de ERT, PROSPERT, a voté jeudi 18 juillet en faveur de la continuation de l'occupation du siège et de la transmission du programme.

Entre temps, l'ainsi appelée "Télévision grecque publique", qui a été lancée la semaine dernière par le gouvernement, diffuse aussi sur les fréquences digitales de la chaîne, avec le soutien du fournisseur de réseau digital DIGEA. Il reste toujours pas clair si la chaîne possède une entité légale et même si elle a une licence pour diffuser. Les artistes qui avaient annoncé ne pas permettre à n'importe quelle nouvelle chaîne d'utiliser leur travail, continuent à se plaindre que la chaîne le fait quand même. Aussi, dans au moins un cas, une ONG a nié avoir soumis à la chaîne un spot publicitaire de son travail.

Le parlement a réjeté, jeudi 18 juillet, une proposition de SYRIZA pour établir un commité d'investigation sur la fermeture de ERT. Il faudra aussi noter que DIMAR, qui s'est opposée à la fermeture, a voté contre cette proposition, tandis que l'Aube Dorée, qui a soutenu la fermeture, a été absente lors de la procédure du vote.

Les syndicats des médias privés ont fait grève vendredi, pour protester une loi votée au Parlement qui règle la création et le fonctionnement de la nouvelle télévision publique, qui selon le Ministre compétent serait libre d'intervention politique. Les 155 députés du gouvernement ont soutenu cette législation, malgé les soucis exprimés par plusieurs juristes, mais ils sont les seuls à avoir soutenu la loi.

Le Président de SYRIZA, Alexis Tsipras, a accusé le gouvernement d'un acte inconstitutionnel et non démocratique; il a aussi dit que le noyau dur du gouvernement de Samaras méprise la démocratie. Il a aussi exprimé des doutes si Pantelis Kapsis, le secrétaire d'Etat responsable pour la nouvelle télévision publique et ex directeur de la Maison de Presse privée “Lambrakis”, à qui appartient 22% de la télévision privée Mega, sera la personne adéquate pour la position du chef de la nouvelle télévision publique.

4. L'impacte de l'austérité à la démographie

L'austérité a provoqué une diminution dramatique au taux de naissances et une augmentation rapide au taux de morts en Grèce, et est directement liée à l'augmentation du chômage, comme le montre une recherche de l'Ecole Nationale de la Santé Publique (ESDY).

La recherche, dont les résultats ont été publiés au journal Eleftherotypia, révèlent que entre 2009 et 2011, le taux de naissances a chuté constamment de 10,45 sur 1000 habitants à 9,39 sur 1000, ce qui consiste une chute de 10,13%. De même, entre 2008 et 2011, le taux de morts a fait une augmentation de 21,5%, en montant de 3,31 sur 1000 à 4,01.

Le rapport note que ces tendances coincident avec la chute dramatique du PIB entre 2009 et 2011, une chute de 14,82%, et avec l'augmentation du chômage, surtout parmi les femmes, de 11,7% à 24,5% en 2011.
Les chercheurs notent aussi que la recession économique est souvent liée à des conséquences pareilles à la démographie. Le journal Eleftherotypia souligne qu'une tendance pareille est aussi observée au Portugal, où le taux de naissances a diminué de 14% depuis 2008.

5. Les bouffoneries de l 'Aube Dorée au Parlement

Le Parlement grec est devenu jeudi, le théâtre de scènes sans précédent, quand l'Aube Dorée a vulgairement insulté et menacé les députés de SYRIZA, en pleine session, en les provoquant à une bagarre à l'extérieur de la salle, ce qui a rendu necessaire l'intervention des guardiens du Parlement, puisque la situation s'aprêtait à déraper.

Selon la version anglaise du journal Kathimerini, c'est l'intention de l'Aube Dorée néonazi pour organiser un festival à Kalamata le 3 et 4 août, qui a été la cause du comportement vulgaire de ses députés contre ceux de SYRIZA, un comportement accompagné de références à la guerre civile sanglante.

La scène a éclaté, suite à l'allusion faite par un député de SYRIZA qui a denoncé que les députés de l'Aube Dorée utilisent les lignes téléphoniques du Parlement pour menacer des antifascistes à Kalamata. Les députés neonazi ont réagi en appelant les membres de SYRIZA "assassins cagoulés" et en criant des slogans liés à des batailles de la guerre civile, que les communistes avaient perdues. L'invitation des députés de l'Aube Dorée à une bagarre en dehors du bâtiment a provoqué l'intervention du guardien du Parlement.

Le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, a condamné l'incident, ce qui apparemment a été la seule réaction du gouvernement.

Vendredi matin, il a été annoncé que tout évenement prévu pour le mois d'août au port de Kalamata, le festival de l'Aube Dorée inclu, ont été annulés par la préfecture du Péloponèse.

No comments:

Post a Comment