Creative Commons License This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.

Saturday, 11 May 2013

Bulletin d'informations du 11 mai 2013 en Grèce #31


Préparé par l'équipe de #rbnews international, traduit par @IrateGreek

A la une de #rbnews international cette semaine:
  • Avec une décision sans précédent contre le droit du travail, le gouvernement annonce la mobilisation civile des enseignants du secondaire dès la déclaration de leur intention de se mettre en grève pendant les examens d'entrée à l'université.  
  • La situation des travailleurs en Grèce va se détériorer davantage la semaine prochaine avec l'expiration de la convention collective nationale.
  • Les chiffres de l'Agence hellénique des statistiques montrent une fois de plus la montée du chômage, qui atteint 27% fin février.
  • Le gouvernement envisage une nouvelle loi, plus sévère, contre le racisme, mais il reste des doutes quant à son intention et sa légalité.
  • La violence continue en Chalcidique, où les opposants aux projets miniers se sont faits gazer par la police au cours d'une manifestation contre la déforestation du lit du torrent Karatzas.


(Téléchargement)


1. Grève des enseignants

Les enseignants du secondaire menacent de se mettre en grève à partir du 17 mai, date du début des examens nationaux d'entrée à l'université, pour protester contre une série de nouvelles mesures proposées par le Ministère de l'éducation. Plus spécifiquement, les enseignants s'opposent à l'augmentation du nombre d'heures d'enseignement, au projet de décret qui permettrait les mutations obligatoires, et au décret sur l'évaluation des enseignants, qu'ils décrivent comme un cadre punitif qui pourrait même mener à des licenciements. De plus, la Fédération grecque des enseignants des écoles secondaires publiques dit que le gouvernement a l'intention de licencier 10 000 remplaçants en septembre et crée une atmosphère de peur dans les écoles avec les nouvelles mesures disciplinaires qu'il impose et son intention de mettre en disponibilité des centaines d'enseignants.
Une majorité des membres du conseil d'administration (CA) de la Fédération affirmaient cette semaine être en faveur de la grève, mais les exigences des syndicats affiliés à la Nouvelle démocratie et au PASOK semblaient viser à torpiller le processus de décision. Il faut noter ici que, bien que les syndicats affiliés à la Nouvelle démocratie et au PASOK ont en ce moment la majorité des voix au CA, des élections internes qui sont en cours vont probablement avoir pour résultat un équilibre des forces radicalement différent au sein de la Fédération.
De son côté, le Ministère de l'éducation, avec les médias pro-gouvernement, s'est lancé dans une campagne de relations publiques afin de tourner l'opinion publique contre les enseignants. La ligne du gouvernement consiste principalement à dire que les enseignants grecs travaillent moins que d'autres enseignants de l'Union européenne et à répéter le chiffre de 16 heures d'enseignement par semaine au secondaire. Cependant, les chiffres du Centre d'études et de documentation de la Fédération indiquent que le nombre réel d'heures d'enseignement hebdomadaires des enseignants grecs, 18,5, correspond à la moyenne européenne, alors que le nombre de semaines de travail est légèrement plus élevé que la moyenne européenne. De plus, le chiffre officiel des heures de travail des enseignants grecs, y compris les tâches administratives, s'élève à 30 heures par semaine, mais est en réalité plus proche de 40 en raison du manque de personnel administratif. Si l'on ajoute à cela la préparation des leçons et la correction des copies, le nombre réel d'heures de travail des enseignants grecs est donc bien au-delà des 40 heures hebdomadaires de la plupart des professions.
Une réunion des représentants des syndicats et du ministère jeudi 9 mai n'a produit aucun résultat, provoquant des rumeurs de mobilisation civile des enseignants pour assurer le déroulement normal des examens. Vendredi midi, le CA de la Fédération a voté par 9 voix contre 2 en faveur d'une grève de 24 heures le 17 mai, premier jour des examens, et d'une grève de 5 jours du 20 au 24 mai. Les syndicats régionaux des enseignants décideront en assemblée générale la semaine prochaine d'approuver ou de rejeter la grève. Si la grève est approuvée, d'autres assemblées auront lieu pour décider d'actions futures.
Le gouvernement semble avoir réagi immédiatement à l'annonce de l'intention des enseignants de se mettre en grève par la mobilisation civile. Les informations disponibles vendredi soir indiquent que le processus va être lancé dès lundi pour imprimer les ordres de mobilisation qui seront distribués à 86 000 enseignants. Le Ministre de l'éducation, Konstantinos Arvanitopoulos, a déclaré après sa rencontre avec le premier ministre vendredi après-midi: « Les examens d'entrée à l'université auront lieu normalement et aux dates prévues.  Le premier ministre et le gouvernement sont décidés à garantir la sérénité et le calme des parents et des élèves. » La mobilisation civile d'un groupe professionel avant même que la décision de grève ne soit approuvée par ses membres est un geste sans précédent.
La grève des enseignants pendant les examens d'entrée à l'université est considérée comme une option nucléaire. La dernière fois que cela s'est produit en Grèce était en 1988.
Des décennies de mauvaise gestion du secteur de l'éducation mais aussi de l'administration publique au sens large ont eu pour résultat un manque chronique de personnel dans les écoles en Grèce, surtout dans les régions provinciales et rurales. Une tentative bâclée du gouvernement PASOK en 2009-2010 de redistribuer le corps enseignant afin de combler les vides, ainsi que la restriction du recrutement en raison des mesures d'austérité, n'ont fait qu'aggraver la situation.

Sources: AlterthessEfSynXenes GlossesTa NeaAlfavitaThePressProjectERT.

2. Convention collective nationale

La convention collective nationale expire le 14 mai, ainsi que la période de prolongation de 45 conventions sectorielles. Le résultat anticipé, sous les termes du mémorandum d'austérité voté en février 2012, est que les travailleurs qui étaient couverts par ces conventions vont perdre leur allocation de mariage et d'autres allocations spécifiques à leur secteur d'activité et vont perdre 10 à 20% de leur revenu. De plus, 350 000 ouvriers non spécialisés qui étaient couverts par la convention nationale vont également être confrontés à des baisses de salaire si une nouvelle convention n'est pas signée. Des négociations sont en cours entre des représentants des employeurs et des travailleurs à ce sujet mais calent pour l'instant au sujet du montant du salaire minimum.

Source: Eleftherotypia

3. Chômage

L'Agence statistique hellénique a publié cette semaine les chiffres du chômage en Grèce pour février 2013. Selon leur communiqué de presse, le taux de chômage en février 2013 s'élevait à 27,0%, comparé à 21,9% en février 2012 et 26,7% en janvier 2013. Le nombre d'individus sans emploi s'élève à 1,3 millions pour une population active d'environ 4,9 millions.
Les femmes sont plus touchées que les hommes par le chômage, qui s'élève à 31% pour les femmes contre 24% pour les hommes. La tranche d'âge la plus touchée est les jeunes de moins de 25 ans, parmi lesquels le taux de chômage atteint le chiffre exorbitant de 64,2%.

Source: Hellenic Statistical Authority

4. Racisme et antiracisme

Le maire d'Athènes Giorgos Kaminis a porté plainte contre le député de l'Aube dorée Germenis après que ce dernier l'a agressé la semaine dernière au cours d'une distribution d'aliments pour Grecs seulement organisée par l'Aube dorée à Athènes. Cette nouvelle a accompagné l'annonce du Ministère de la justice d'un nouveau projet de loi contre le racisme, qui comprendrait des peines plus sévères pour la violence raciste en général mais aussi pour l'imitation et l'éloge de comportements et de valeurs fascistes ou nazis, en particulier par des personnalités politiques. Cette annonce a été applaudie par les médias grecs et par le représentant de la communauté juive de Grèce au Congrès juif mondial. Cependant, la portée exacte de ce projet de loi et la constitutionalité des dispositions particulières qui ont trait à la levée automatique de l'immunité parlementaire de députés qui tiennent des discours fascistes à l'intérieur du parlement demeurent douteuses. Pour plus de détails, vous pouvez lire notre article récent sur le cadre légal contre le racisme en Grèce. Le gouvernement a annoncé vendredi que le projet de loi serait revu avant d'être soumis au parlement en raison des problèmes qui pourraient être soulevés au cours du débat.


Sources: Eleftherotypia (English) 1, Eleftherotypia (English) 2, Real News


5. Skouries

Les habitants de Chalcidique opposés à la construction d'une mine d'or et de cuivre dans leur région, qui est d'une biodiversité et d'une beauté naturelle exceptionnelles, sont montés tous les jours cette semaine au mont Kakavos pour protester la déforestation du lit du torrent Karatzas. La compagnie minière continue résolument à couper des arbres malgré la garantie des autorités forestières locales et de la police régionale que la validité de ses permis pour de telles activités serait ré-examinée. Les bûcherons travaillent sous la garde de la police anti-émeute. Vendredi matin, les policiers ont agressé les manifestants avec de larges quantités de gaz lacrymogène, sans aucune provocation de la part de ces derniers.

Source: Alterthess

Soutenez notre campagne de financement par le public sur indiegogo

No comments:

Post a comment