Creative Commons License This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.

Friday, 4 January 2013

Bulletin d'informations du 29 décembre 2012 en Grèce - #12


1. Liste Lagarde

Deux mois après la divulgation de presque deux milles grecs possedant des comptes aux banques suisses, rbnews a mené une enquête au sujet de la situation réele d’une des questions les plus actuelles de l’économie mondiale: la dite évasion fiscale légale.
La fameuse “Liste Lagarde”, qui en octobre dernier s’est retrouvée au centre de l’actualité mondiale, suite à l’arrestation du journaliste qui l’a divulguée, a mené rbnews à la révelation d’une réalité dure mais licite. Pendant la période qui concerne les dépositeurs de la banque suisse HSBC, le nombre des imposés grecs qui avaient déclaré leurs actifs dans toutes les banques suisses aux autorités grecques, ne dépassait les 70.

Comme le Ministère des Finances suisse a confirmé à rbnews, les grecs qui avaient choisi, selon les règles fiscales européennes, d’exercer volontairement la déclaration de leurs actifs entre 2005 et 2009, n’étaient que 70.
Nicholas Saxxon, un auteur et journaliste fameux britannique, et parmi les fondateurs de Organisme international à but non lucratif, Tax Justice Network, a souligné à rbnews qu’il est très improbable que les plus que 2000 déposants de la Liste Lagarde, eussent déclaré aux autorités grecques leurs actifs; de l’autre côté, Andreas Missbach, un sociologue suisse, a mis l’accent sur le fait que les règles fiscales percées, qui régissent les relations entre les États membres de l'UE et la Suisse, permettent aux bénéficiaires de disparaître derrière des compagnies et produits d'investissement de légitimité douteuse.
Mark Herkenrath, maître de conférences en sociologie à l’Université de Zurich, a focalisé sur l’accord greco-suisse de 2011, concernant la prévention de la double imposition et l’échange d’informations bancaires bilatéral, en rappelant que toute donnée des déposants grecs avant 2012 ne seront jamais divulgués aux autorités grecques. D’autant plus que les données de la liste Lagarde, que les banques suisses et l’Etat grec considèrent comme un fruit d’interception.
Enfin, Olivier Longchamp, économiste, a noté que le fait que la Liste Lagarde était considérée comme perdue, par deux Ministres des Finances grecs, jusqu’à ce qu’elle a été divulguée, éveille des soupçons concernant les nouvelles négociations bancaires greco-suisses, qui est menée loin des projecteurs et sans résultats tangibles.
D’ailleurs de nouveaux élements ont été publiés la semaine passée concernant la liste Lagarde. Selon ces élements il parraît que les personnes impliquées seraient plus nombreuses que celles de la première liste. Parmi ces personnes et selon certaines sources, il y auraient aussi quattre parents de l’ex Ministre des Finances Georges Papakonstantinou. L'ex Ministre a été rayé de Pasok, suite à la décision du Président du parti Evangelos Venizelos, et une il a été proposé qu'une enquête soit lancée concernant son implication à la question de la liste.

2. Immigration des jeunes grecs

Selon une enquête réalisée par le Groupe Adecco, concernant la vague d’immigration des jeunes grecs, celle-ci s’est averée d’avoir une tendance croissante. Concrètement, sur un échantillon de 400 personnes qui ont participé à l’enquête, 49% ont avoué qu’ils cherchent un travail à l’étranger en ce moment, et 3% ont confirmé avoir reçu un offre, qu’ils sont en train d’étudier.
L’enquête demontre aussi le grand problème du chômage, puisque 39% des participants ont déclaré être chômeurs.
Plus spécifiquement, 36% se trouve à la recherche d’un emploi à l’étranger à cause du chômage et l’impossibilité d’accéder ou être réintegré au marché du travail en Grèce. 29% ne voient aucune perspective au pays et 12% préfère l’immigration à cause des salaires trop bas en Grèce.
Una majorité écrasante se sert de l’internet pour la recherche d’un emploi à l’étranger. 70% se tourne vers les pays de l’UE, les Etats Unis ou l’Australie, et 12% choisit des pays en voie de dévelopment, comme ceux du Moyen Orient.
En cherchant un travail à l’étranger, les personnes interrogées aspirent à un salaire plus élevé, à une meilleure qualité de vie et à une évolution de carrière plus méritocratique. La plupart cherche un salaire de presque 2000 euros, mais un grand pourcentage immigrerait aussi pour un salaire plus bas.

3. Volos

Des affrontements ont eu lieu le soir du dimanche 23 décembre à la ville de Volos, entre des membres de l’Aube Dorée et des antiautoritaires. Selon la police grecque, trois membres de l’Aube Dorée ont été blaissés. Selon un site web local, le député de l’Aube Dorée Panagiotis Iliopoulos a été extremement provocatif, surtout quand il a fait une demonstration d’un arme aux antifascistes -ce qui est aussi confirmé par la police. Jeudi 27 décembre, les personnes arrêtées et accusées d’avoir attaqué les membres de l’Aube Dorée se sont présentées au Tribunal, ou un rassemblement de solidarité a eu lieu en même temps.

4. Attaque contres des immigrants

Le jour de Noel, deux grecs à bord d’un véhicule privé ont attaqué trois immigrants d’origine du Bangladesh, dans une banlieu d’Athènes. Les auteurs ont aggressé les immigrants avec une mattraque pliable et leur ont enlevé une somme d’argent.
Deux des victimes ont été blaissées et transferées à l’hôpital. Les auteurs ont été reconnus par une des victimes et ont été arrêtés.

5. Chypre

Le 30 décembre, ELAM a prévu de faire la présentation de son candidat aux élections présidentielles prochaines de Chypre. ELAM est le parti frère de l’Aube Dorée et les élections auront lieu en 2013. Deux députés de l’Aube Dorée, Yiannis Lagos et Ilias Kassidiaris, se rendent donc à Chypre pour participer à l’évenement. Le mêmt jour, une manifestation antifasciste est prévue dans l’après midi à Nicosie.

6. Villa Amalias

Le 24 décembre, les huit personnes arrêtées de Villa Amalias se sont présentées au Juge d'instruction. Il est rappelé qu’à l’aube du vendredi 21 décembre, la police a envahi le squat Villa Amalias au centre d’Athènes, a réalisé une recherche, a confisqué des objets, a arrêté huit personnes et a scillé le squat. Les huit arrêtés au départ étaient chargés de délits. Enfin, trois d’entre eux ont été acquittés, tandis que les cinq autres ont été libérés sans caution, mais avec l'obligation de se présenter au poste de police une fois par mois.

No comments:

Post a comment